Comment optimiser la livraison de vos emails ?

4 facteurs peuvent affecter la délivrabilité de vos messages :

  • 1 – une « mauvaise » base de données
  • 2 – un outil de routage inadéquat
  • 3 – un email de mauvaise qualité
  • 4 – des campagnes inadaptées

Le classement des causes de non délivrabilité ci-dessus est effectué par ordre d’importance décroissant.

Ainsi, router une base de mauvaise qualité sera très difficile, même si votre outil de routage est parfait, ainsi que vos campagnes et messages.

Pour être plus précis, j’ai constaté que 50 % des problèmes de délivrabilité sur lesquels j’ai pu travailler en France provenaient d’une base de mauvaise qualité.

A partir de ce constat, je vous propose de partager 8 règles d’or pour assurer une bonne livraison de vos messages en boite de réception.

  • 1 Bien gérer les NPAI (bounce)

Désabonner dans sa base les adresses identifiées comme incorrectes (NPAI ou Bounce) est essentiel. En effet, router massivement sur des adresses incorrectes est une pratique typique du spam. Il est donc nécessaire de disposer d’un outil de routage qui sait qualifier les adresses emails définitivement ou temporairement incorrectes et les imputer dans sa base de données. Si vous n’êtes pas sur de votre mode de traitement des NPAI, changez d’outil.

  • 2 Prenez en compte les plaintes de vos destinataires

A l’instar du Web 2.0, les internautes peuvent se plaindre de vos emails auprès des différents FAI/webmails sur certaines boites email de votre domaine (spam@, abuse@… ) et nuire à la réputation de votre adresse IP. Prenez en compte les retours de ces internautes en souscrivant au programme de récupération des plaintes d’AOL, d’Outlook.com et de Yahoo et désabonnez ainsi les internautes plaintifs. Au-delà d’un taux de 0,5% à 0,7% de plaintes, vos emails ne seront pas livrés dans la boite de réception.
Enfin surveillez vos volumes et taux de plaintes par IP chez Orange, SFR et Laposte grâce à SignalSpam qui, si votre routeur en est membre peut vous les fournir.

  • 3 Surveillez la provenance de vos adresses

Il est essentiel de bien maitriser la façon dont vos adresses ont été recueillies. Du consentement actif à l’aspiration sur internet, on peut acheter n’importe quel fichier et la prudence s’impose. Même dans votre entreprise, des échanges de données peuvent avoir lieu et dégrader fortement la qualité de votre base, qui sera très difficilement « routable » car générant trop de plaintes et de NPAI.

  • 4 Informez les internautes lors de l’abonnement

Lors de l’abonnement, donner le choix à l’internaute de la fréquence de réception de vos envois, montrez un exemple de ce qu’il va recevoir et confirmez l’inscription par un email (cela permet d’éviter bien des méprises).

  • 5 Facilitez le désabonnement

Rien n’est plus énervant pour un internaute que de ne pas pouvoir se désabonner simplement d’une liste. Une étude récente du SNCD  montre que seulement 56% des internautes utilisent le lien de désabonnement pour se désinscrire. 23% ne font rien et 7% le déclarent comme SPAM. Pour éviter ces comportements, la procédure de désabonnement doit être simple (un clic plus un écran de confirmation), facile à réaliser et doit fonctionner correctement.
Sinon gare aux plaintes des internautes et à votre réputation. Pour en savoir plus sur les bonnes pratiques de désabonnement, lisez cet article de Pignonsurmail.

Pour en savoir plus sur la délivrabilité, visualiser cette webconférence sur la délivrabilité.

 

  • 7 Routez régulièrement votre base d’emails

Une base d’emails qui dort dans votre CRM perd de sa valeur et surtout se déprécie avec le temps. L’adresse email vieillit moins bien que le Bordeaux et après 6 mois d’inactivité, vous risquez d’abord de surprendre vos destinataires anciens (qui vous ont peut être oublié) et ensuite d’avoir un très fort taux d’adresses incorrectes (ce qui est la caractéristique du Spam)

  • 8 Optimisez vos campagnes

Le temps du routage de campagnes massives et quotidiennes est révolu. Il faut travailler le rythme et le contenu des campagnes pour éviter soigneusement les plaintes. Plusieurs pistes : calquez vos emails sur le cycle de vie de vos clients, demandez aux internautes leurs appétences et s’y adapter, suivez les comportements d’achat et proposez produits et services similaires etc.