Fotolia_57602963_MDe plus en plus d’outils permettent de mesurer finement le contexte d’ouverture et de clic sur les emails et de distinguer ainsi sur quel périphérique et logiciel l’internaute lit son email.

J’ai noté, suivant les outils, des différences importantes sur la précision de la qualification de l’ouverture, notamment sur les points suivants :

  • Il ne suffit pas de remonter le système d’exploitation pour identifier l’appareil utilisé. Ainsi, remonter l’ouverture sur Androïd ne permet pas de distinguer l’utilisation d’une tablette ou d’un smartphone,
  • L’identification du nom du périphérique est ainsi indispensable pour correctement qualifier l’appareil suivant 3 typologies : smartphone, tablette et ordinateur (sans compter les TV connectées, les consoles de jeu…),
  • Enfin, le logiciel de lecture utilisé ne peut pas toujours être qualifié avec précision. Les prestataires américains, notamment Litmus, ont tendance à mettre dans la thématique Webmail, des ouvertures dont le contexte de détection est délicat (voire impossible). Par exemple, une ouverture de votre email Yahoo sur le navigateur Safari IOS ne sera pas compté comme Webmail.

Dans ce contexte, l’étude d’Experian « The 2014 Digital Marketer« , souligne un segment important qui permet d’élaborer des tactiques de relance intéressantes.

En effet, l’étude montre que, même si 3% des ouvertures se réalisent sur différents types de device (ordinateur + smarphone, par exemple), elles représentent 6% des clics et 11% des transactions finales. A l’inverse, les ouvertures sur « mobile only » (tablette et smarphone), représentent 50% des ouvertures aux USA, mais 39% des clics et 13% des transactions. Bien sur, l’absence d’un design d’email adapté au mobile, ou d’un site/application responsive explique en partie ce frein.

Experian2014

Experian2014-2
Aussi, si l’on analyse le segment qu’Experian nomme « Mobile-combo » ou multi-ouvreurs, on constate que celui-ci génère le plus haut revenu (1,28 $ par email envoyé).

Experian2014-3

Autrement dit, programmer son CRM pour traiter spécifiquement le segment d’ouvertures multi-device non acheteur est très intéressant. On peut imaginer des scénarios automatiques de relance basés sur ce comportement bien spécifique.

Ceci est confirmé par les mesures régulières que nous effectuons avec notre propre tag d’ouverture où nous avons constaté que les ouvertures ‘Multi-devices’ représentaient entre 2 et 15% des ouvertures. Ce dernier chiffre de 15% s’explique car la mesure a été effectuée uniquement sur une campagne d’email d’alerte d’information ce qui explique cet engagement.

Exemple de résultat avec notament la mesure des « multi-ouvreurs »

Exemple-mini-rapport-reachtagIl ne vous reste plus qu’à identifier si votre outil de CRM permet cette mesure ou d’utiliser notre outil pour l’effectuer et tester la performance de ce trigger.